28 avril 2017

Scénarisation, S01E01 : moteur ! action !

On débute une nouvelle série de billets sur e-Tourisme Feng Shui, avec la ferme intention d’en faire cette fois un rendez-vous régulier. Le sujet ? La scénarisation touristique !

Parce que c’est bien joli d’avoir une offre, des produits touristiques, des lieux de visites, des restaurants, des hôtels… Encore faut-il donner de la cohérence à tout cela au delà même d’un territoire. Trouver un fil conducteur qui permet de cibler certains touristes, certains fans, certains fidèles. Scénariser son territoire ou son offre autour d’une thématique forte pour donner plus d’identité et fournir, pourquoi pas, une expérience de voyage globale aux Internautes.

La scénarisation n’est pas, bien entendu, la réponse à tout. Ce n’est pas le moyen « assuré » de garantir le succès d’un territoire. C’est avant tout un moyen de mettre en avant une offre et de la présenter de manière originale et différenciante à un public donné. Et justement de cibler très précisément ce public via ses centres d’intérêt les plus forts.

Vous l’aurez compris, c’est une approche qui touche au delà même du digital, puisqu’elle touche au marketing du produit. A la structuration de l’offre. Ça la rend d’ailleurs d’autant plus intéressante à étudier… Mais foin ! de théorie, le sujet de cette série de billets est de fournir du concret, de l’exemple, du réel. Chaque billet détaillera donc une approche scénaristique précise et tentera de l’illustrer par des exemples précis, issus de sites institutionnels ou privés, d’initiative de fans ou de réceptifs, avec toujours un objectif commun : la mise en valeur d’un patrimoine – touristique ou culturel – par le biais d’une approche scénarisée. On commence tout de suite ?

Episode 1 : votre territoire est un film…

French Connection, Popeye in New-York City

Je regardais il y quelques semaines une énième rediffusion de French Connection. Oscar du meilleur film en 1972, ce film policier prend principalement place dans les rues de New-York et met en scène la traque d’un trafic international de drogue par deux flics endurcis de la brigade de la ville. Je vous passe les détails de l’histoire.
Les scènes de filature en plein Brooklyn permettent de saisir de nombreux détails de la ville, des hôtels, des restaurants, une vraie visite guidée. La base idéale pour débuter une petite visite du vrai New-York, ou du moins de ce qu’il était dans les seventies… Une scène plus que les autres a attisé ma curiosité : ce moment où les « méchants » font une pause dans un restaurant coté de la métropole américaine pendant que les flics se gèlent devant la façade du-dit restaurant. La scène vaut toutes les recommandations Qype et Tripadvisor tant elle met en valeur le contraste entre les plateaux raffinés de l’établissement et le sandwich que mange Gene Hackman sur le trottoir. Même si le restaurant en question a toute les chances d’être fermé depuis 1972, j’aurai aimé en retrouver le trace. Mais impossible jusqu’ici.

Tout ça pour dire que, oui, le cinéma peut être un vecteur de communication touristique. Les cas sont nombreux, et même si tout le monde n’a pas le Manhattan Bridge  en bas de chez soi, les potentiels existent.

Bond is Great

Quelques exemples de scénarisation, parmi les plus récents, sont l’utilisation qu’à fait l’Office de Tourisme de Grande-Bretagne de la sortie de Skyfall (Bond is Great…). Transformant pour l’occasion le film en une gigantesque carte postale. L’Ecosse a fait de même en ce début d’année, profitant de la sortie en DVD/Blu-Ray de Rebelle – le dessin-animé de Pixar – pour valoriser un fois encore ses paysages.
En France, les exemples sont plus rares. Le Domaine de Versailles a bien profité du Marie-Antoinette de Sofia Coppola pour assurer un peu de promotion à l’international (Sofia Coppola avait d’ailleurs bien assuré la promotion du Japon dans Lost In Translation), tout comme Paris joue assez bien le jeu sur les sorties de film de Woody Allen ou sur l’aventure d’Amelie Poulain. Mais les récupérations savamment orchestrées du box-offices restent rares. Mes origines m’interdisent de citer Bergues comme exemple pour aller plus loin…

Petite trouvaille également sur le sujet, les reportages vidéo (le support s’y prête  sur une destination et son utilisation au cinéma. AlloCiné s’est prété au jeu, sous sponsors, et propose quelques guides décalés de Berlin, Edimbourgh, etc. Profitez-en !

On en conclue quoi ? Il y a une corde sensible auprès des fans de films et de cinéma, c’est indéniable. Le grand écran est un support qui parle à la fois à l’affect et à l’intelect et sur lequel vous pouvez sans conteste capitaliser. Cela fera-t-il se déplacer les touristes ? Si vous n’avez pas chez vous les lieux de tournages de James Bond ou de Harry Potter, j’en doute. Mais rassembler et référencer l’ensemble des tournages célèbres sur votre territoire est une action de notoriété à moindre coût qu’il serait dommage de ne pas mettre en place…

A propos François Houste 418 Articles
Ange Gardien Numérique Ancien journaliste et chef de produit en hébergement digital. Aujourd'hui Directeur Conseil au sein d'une agence marketing. François travaille avec ses clients à mieux appréhender la révolution numérique et son impact sur le quotidien. Technophile, enthousiaste, nourri de web, de fun et de musique.

1 Comment

  1. Le storytelling appliqué au tourisme… Une idée noble, mais la mise en scène n’est pas si complexe pour les professionnels du tourisme. La plupart du temps, ils en ont les sujets tout autour d’eux. Reste à le faire. En ce sens votre article est une belle invitation

Les commentaires sont fermés.

Faire réfléchir, plutôt que faire réagir...