28 avril 2017

Scénarisation touristique : Rejouez l’histoire !

On continue à parler scénarisation touristique ? Après un premier épisode le mois dernier consacré au cinéma, on va faire un rien plus dramatique et historique aujourd’hui. Et en même temps, en prise direct avec l’actualité.

Episode 2 : préparez-vous à la Guerre…

Connaissez-vous le soldat Léon Vivien ? Non ? Normal, il n’a jamais existé.

Léon Vivien, devenez son ami sur Facebook !

Inventé de toutes pièces par l’agence de communication BDDP et par le Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux, Léon Vivien possède son propre profil Facebook sur lequel il raconte sa propre guerre. Mobilisation, incorporation, entraînement, et on le devine bientôt l’horreur des tranchées. L’agence s’est engagée à faire vivre ce profil pendant un mois et demi, dans le but de partager de la connaissance, de l’histoire, de l’émotion sur les réseaux sociaux. Une immersion historique qui permettra non seulement de faire découvrir l’Histoire aux membres de Facebook, mais également de faire connaître le musée et ses collections sur les réseaux sociaux. Que du positif !

Le dispositif d’histoire parallèle n’est pas nouveau. La Normandie avait déjà créée le blog de Guillaume le Conquérant à l’occasion des 1000 ans du Duc de Normandie. L’éditeur anglais History Press est habitué à faire revivre des événements sur son compte Twitter : les 100 ans du naufrage du Titanic étaient présentés l’année dernière sur un compte dédié qui fonctionne à nouveau cette année.

L’utilisation des conflits armés pour architecturer une offre touristique n’a rien de nouveau en fait. En 1917 déjà, Michelin publiait des guides touristiques des Champs de Bataille de la Grande Guerre pour répondre aux besoins de mémoire, aux questionnements, et à l’envie de tourisme patriotique des Français. Ces guides sont d’ailleurs réédités actuellement, en 6 volumes, pas Michelin. Verdun est disponible depuis 2011, les éditions se succèdent doucement…

Chemins de Mémoire Nord-Pas-de-Calais

Sur le web, la démarche peut-être similaire tant le terreau du tourisme du mémoire est fertile. Pour rappel, le Tourisme de Mémoire rassemblait près de 6 millions de visiteurs en France en 2010. Un marché à suivre. Quelques exemples d’applications dédiées à ce marché, qu’elles soient privées ou institutionnelles ?

  • Chemins de Mémoire a été créé en partie à l’initiative de la région Nord-Pas-de-Calais il y a quelques années et se veut un point central pour présenter l’ensemble du patrimoine militaire de la région, surtout celui des deux Guerres Mondiales. Le résultat n’est certes pas un site touristique, mais l’information est là et ce contenu peut servir de base à la construction d’itinéraires ou de visites.
  • Côté départements, le département de la Meuse, du Calvados ou celui de la Somme sont particulièrement présents sur cette thématique. Forts d’un patrimoine historique fort, ils présentent en général un pan entier de leur site, architecturé autour de cette thématique.
  • Plus local encore, Verdun ou Ypres en Belgique échappent difficilement à l’identification avec la Grande Guerre et assument cette image pour attirer touristes et « pèlerins ». Même si on sent désormais une diversification du discours de ce type de destination. Le tourisme de mémoire, oui. Mais pas que !

Great War Tours

Sur les marchés anglo-saxons, la démarche est encore plus structurée tant le tourisme de mémoire y est un business à part entière. Il faut savoir que pour les Britanniques, les Australiens ou les Néo-Zélandais, la visite des champs de bataille français (Flandres et Somme principalement) est un pèlerinage à part entière qui mobilise en général une semaine de séjour et de visites. Des Tour-Operators (Great War Tours pour n’en citer qu’un seul) sont donc positionnés sur le marché et présentent de manière fort détaillée les lieux à visiter, mais ont en conséquence le désavantage de garder le visiteur captif d’un itinéraire déjà défini…

Les pistes de scénarisation de l’offre touristique autour des évènements historiques sont infinies. Si ce billet se concentre avant tout sur la Grande Guerre, c’est que les enjeux économiques de celle-ci sont encore bien présents dans le paysage touristique français. Et que 2014, l’année prochaine, signalera le coup d’envoie des commémoration du centenaire du conflit. Vous y êtes vous préparés ?

A propos François Houste 418 Articles
Ange Gardien Numérique Ancien journaliste et chef de produit en hébergement digital. Aujourd'hui Directeur Conseil au sein d'une agence marketing. François travaille avec ses clients à mieux appréhender la révolution numérique et son impact sur le quotidien. Technophile, enthousiaste, nourri de web, de fun et de musique.

1 Comment

Les commentaires sont fermés.

Faire réfléchir, plutôt que faire réagir...