21 août 2017

HAPI : la SNCF se rêve en guide de voyage

La création de contenu à vocation touristique est décidément une ambition qui attire bien des entreprises. Aux Etats-Unis les exemples fleurissent avec des investissements conséquents – rappelons-le, une équipe de 65 personnes chez Marriott, avec à la clé un portail de voyage et du contenu vidéo de très grande qualité, ou encore airbnb qui a lancé l’année dernière Pinapple, son magazine papier. En Europe, même si les budgets alloués au contenu sont parfois très épais, les ambitions ne sont pas encore au même niveau.

Petit illustration avec HAPI, application mobile créée par la SNCF et sortie en toute discrétion la semaine dernière. HAPI se veut le guide touristique de réseau ferré francilien. C’est à dire, une application vous suggérant les plus beaux sites et les plus intéressants monuments à voir à proximité des gares d’Ile-de-France.

ETFS - 201504 - Hapi Accueil
L’idée n’est pas mauvaise en soi. Même si on peut se demander si on télécharge réellement une application liée à un transport urbain principalement utilisé pour les trajets quotidiens…
L’application en tant que telle reste agréable d’usage : possibilité d’une recherche cartographique – avec option de géolocalisation bien entendu – ou de recherche par ligne de transport – en entier ou par tronçons. Dans le premier cas, une carte sert de support aux résultats. Dans le second, les fiches descriptives des POI sont directement parcourrables

ETFS - 201504 - Hapi Carte ETFS - 201504 - Hapi Liste
Pour chaque point d’intérêt retenus par les éditeurs de l’application, une fiche détaille photo – avec parfois une mise en avant du monument dans le passé – court texte descriptif et conditions d’accès.

ETFS - 201504 - Hapi POI 1 ETFS - 201504 - Hapi POI 2
Bref, une application d’une plutôt bonne facture si on s’en tient à l’usage et à l’interface. C’est plutôt du côté des contenus que le bât blesse. HAPI propose finalement assez peu de lieux, et des endroits pas toujours ouverts au public. L’exemple ci dessus est flagrant : si la Cathédrale et le  centre historique de Meaux sont bien entendu incontournables, le Musée de la Grande Guerre est lui bien absent du guide, même si facilement accessible en transport en commun. L’application s’en tient à un accès à pied plutôt que de profiter d’une réseau dense des transports d’Ile-de-France pour assurer un vrai guide de sortie…
Autre exemple : du côté de Marne-la-Vallée, la fiche du Parc Culturel de Rentilly, rénové en grande pompe en novembre dernier et fleuron du FRAC Ile-de-France est présenté sous son ancien jour. Ce n’est pourtant pas la documentation sur le lieu qui manque. Le château de Ferrières-en-Brie, demeure historique des Rothschilds, ou celui de Guermantes, sont présentés à 25 minutes à pied d’une gare de RER, alors que fermés au public tous les deux…

Des choix éditoriaux pour le moins étranges, qu’on comprend bien mieux quand on sait que l’application a été développée sans le support des institutions du tourisme franciliennes. A choisir, si on doit se contenter d’un guide de proximité sur mobile, des modèles comme Field Trip (aujourd’hui dans le giron de Google) ou Findery feraient très bien l’affaire si on supporte l’anglais !
On dénonçait la normalisation et l’empilement des applications touristiques il y a quelques années. Force est de constater qu’à l’heure du Mobile First prôné par Voyages-SNCF, et de la centralisation des applications lancée par Accor, il y a encore des copies à revoir !

A propos François Houste 418 Articles
Ange Gardien Numérique Ancien journaliste et chef de produit en hébergement digital. Aujourd'hui Directeur Conseil au sein d'une agence marketing. François travaille avec ses clients à mieux appréhender la révolution numérique et son impact sur le quotidien. Technophile, enthousiaste, nourri de web, de fun et de musique.
Faire réfléchir, plutôt que faire réagir...