11 décembre 2017

#StartUp : Samboat démocratise la location de bateaux entre particuliers

Le modèle de l’économie du partage va toucher à termes tous les secteurs d’activité… c’est en tout cas les conclusions de toutes les études qui se sont penchées sur le sujet. Dernière en date, celle signée PwC qui prédit un marché global de 335 milliards de dollars pour l’économie collaborative à l’horizon 2025.  Et parmi les secteurs en progression, toujours d’après PwC, le partage de logement s’en tire très bien avec 31% de croissance estimée, et celui de l’auto-partage également avec 23% de croissance :

Sharing Economy
Et puis, on le sait depuis longtemps, dans le secteur du voyage, l’économie collaborative touche tous les marchés : de la location de voiture de collection à celle de villas de luxe ! C’est dans ce marché réjouissant qu’évolue la start-up dont on va parler aujourd’hui : SamBoat.

HomePage
Basée à Bordeaux, SamBoat s’est lancé sur un créneau peu occupé jusque là : la location de bateaux de plaisance entre particuliers. Avec un constat aussi simple que celui du partage automobile en aéroport : les propriétaires de bateaux profitent de ceux-ci principalement pendant leurs week-ends ou leurs vacances et les embarcations restent à quai ou sur remorque la majorité du temps. SamBoat propose donc de mettre ces bateaux inutilisés en location avec deux avantages : une source de revenus pour le propriétaire, et un gain d’usage pour le locataire. Le modèle classique de l’économie collaborative.

Les défis de SamBoat sont de plusieurs ordres. Tout d’abord enrichir ses bases de propriétaires et de locataires pour développer son activité sur l’ensemble du littoral français. Un défi auquel sont confrontés tous les acteurs de l’économie collaborative. Ensuite, de naviguer dans un cadre juridique qui n’était pas encore clairement défini pour ce genre d’activité. En effet, la location entre particulier sur les zones de plaisance n’est pas toujours très bien vue… Arcachon a par exemple cherché à restreindre l’activité du portail au mois d’avril. Les usages restent nouveaux, comme pour la location d’appartement popularisée par Airbnb.

Pour y voir plus clair, et découvrir mieux encore le produit, on vous propose une interview d’Ariane Freytet sur le modèle actuel et les développements futurs du portail. Bonne lecture !

e-Tourisme Feng Shui : Comment est née l’idée de SamBoat ?
Ariane Freytet : Samboat, c’est l’histoire de Laurent Calando, amoureux de nautisme, et de Nicolas Cargou, passionné de consommation collaborative. Ensemble, ils ont l’idée de proposer un service en ligne de location de bateaux entre particuliers. En général, les bateaux restent inutilisés 97% du temps par les propriétaires alors que beaucoup de personnes aimeraient naviguer mais ne possèdent pas d’embarcation.

eTFS : Comment décririez-vous votre concept en 3 points ?
AF
:
– Démocratiser la plaisance en permettant à tout navigateur, novice ou passionné, de naviguer à moindre coût, près de 30% moins cher.
– Permettre aux propriétaires d’amortir leurs frais d’entretien du bateau et de place de port entre autres.
– Porter les valeurs de la consommation collaborative en permettant aux utilisateurs de partager leurs biens en toute confiance.

eTFS : Quelle est la clientèle d’un service comme SamBoat ? Plutôt des habitués des activités nautiques cherchant des « bons plans » ou plutôt des novices ?
AF : La clientèle est plutôt large : des navigateurs chevronnés aux matelots de quelques heures, Samboat reçoit tout type d’utilisateurs. Les utilisateurs les moins expérimentés savent qu’ils peuvent simplement dormir à quai ou faire appel aux services d’un skipper s’ils n’ont pas les qualifications pour naviguer.

eTFS : Quelle est la panoplie de services fournis aux propriétaires et comment les rassurez-vous quant à la sécurité de leur bateau ?
AF : Nous proposons un complément d’assurance pour assurer les bateaux à la location entre particuliers et un simulateur de prix pour permettre aux propriétaires d’estimer les revenus que pourra générer la location de leur bateau.
Le paiement en ligne est totalement sécurisé et la caution permet aux propriétaires d’avoir une assurance de plus quant à la sécurité de leur bateau.
Nous nous rendons très disponibles et nous adaptons aux utilisateurs du site au cas par cas. Notre flexibilité nous permet de toujours trouver un compromis pour arranger les propriétaires et locataires.

eTFS : Pour vous, la priorité actuelle est-elle au recrutement de propriétaires ou de locataires ?
AF : Nous cherchons à agrandir la flotte de bateaux disponibles sur SamBoat mais les locataires font gagner au site de la crédibilité, de la réputation et de la confiance.
C’est un cercle vertueux et notamment grâce au système d’avis : plus il y aura de bateaux, plus il y aura de locations et ainsi plus de propriétaires voudront proposer leur bateau pour permettre à des locataires de louer en toute confiance.
Les propriétaires et les locataires sont aussi importants à nos yeux puisqu’ils nous permettent de nous développer et de nous faire connaitre.

eTFS : Quel est le modèle économique derrière tout ça ?
AF : La consommation collaborative porte le concept de SamBoat. C’est un mouvement en vogue ces dernières années : covoiturage, location d’appartement entre particuliers, d’objets ou de camping-car, tout le monde s’y met. C’est sur ce modèle que nous avons décidé de nous appuyer. Les propriétaires louent aux locataires et nous n’intervenons que comme tiers de confiance dans leur échange. Chacun peut se tourner vers nous en cas de problème ou pour que l’on réponde à des demandes, nous assurons aux deux interlocuteurs le bon déroulement de leur location.
Le dépôt d’annonce est entièrement gratuit et sans engagement, le site se rémunère en prélevant une commission sur chaque location payé : 12% du prix du bateau sont ajoutés au prix payé par les locataires et 3% supplémentaires de frais bancaires sont déduis de la somme perçue par le propriétaire.

eTFS : Quelles sont les prochaines étapes de développement ?
AF : Après le lancement de la nouvelle version du site et l’annonce de la levée de fonds, nous sommes en train de développer une application mobile pour faciliter l’utilisation du services aux utilisateurs qui se connectent sur leur tablette ou smartphone.

A propos François Houste 418 Articles
Ange Gardien Numérique Ancien journaliste et chef de produit en hébergement digital. Aujourd'hui Directeur Conseil au sein d'une agence marketing. François travaille avec ses clients à mieux appréhender la révolution numérique et son impact sur le quotidien. Technophile, enthousiaste, nourri de web, de fun et de musique.
Faire réfléchir, plutôt que faire réagir...