11 décembre 2017

AdBlock, Flash, Mobile… la publicité digitale dans la tourmente ?

La rentrée 2015 a pris un tournant difficile pour qui touche à la publicité digitale. Les annonces en cours du côté de Google et d’Apple vont finir de chahuter un secteur qui était déjà fortement secoué pas les évolutions d’usage. Si vous voulez anticiper vos campagnes 2016 et rester serein pour vos stratégies futures, voici un petit résumé de ce qu’il faudra retenir de ce mois de septembre !

Google, tout pour le mobile !

On commence avec différentes annonces signées Google, ce sont les plus logiques et les plus faciles à anticiper. Tout d’abord, depuis le 1er septembre, le navigateur Chrome n’exécute plus automatiquement les publicités développées en Flash. Pas une grande révolution, Adobe Flash était un format moribond depuis l’avènement du mobile et des devices iOS qui ne le supportaient pas. La décision de Google ne fait qu’accélérer les choses, et les annonceurs qui conservaient encore ce format vont devoir passer au HTML 5.0. Les principales plateformes publicitaires, notamment en format dynamique ou en retargeting, ont déjà adopté cette norme.
Bref, pas de grand boulversement.

ETFS - 201509 - AdBlock Google Mobile
Autre annonce signée Google : le moteur de recherche pénalisera en SEO les sites qui promeuvent trop fortement leur application mobile. Comprendre ceux qui affichent un interstitiel de téléchargement lors du premier accès à une page.

On entre là dans le domaine de l’expérience utilisateur : les internautes venus consulter une information ne viennent pas télécharger une application : Google juge donc l’affichage abusif par rapport à l’attente de utilisateur. Le mouvement est à mettre en parallèle avec les possibilités de Deep Linking présentées l’année dernière par le moteur et qui permettent de lier le contenu interne d’une application dans les pages de résultats du moteur de recherche. Google cherche à pousser un usage plus naturel des applications via ces deux annonces.

On rebondit avec ces annonces sur un article republié par l’excellent etourisme.info au cours du mois d’Août. La promotion des applications mobiles sur smartphone va devenir très compliquée si Google durcit ses règles de référencement au travers de ce paramètre. A se demander une fois de plus si les applications sont réellement l’avenir du mobile !

Apple sonne le glas de la publicité mobile

Mais le plus gros séisme aura certainement lieu mercredi. Lors de sa keynote de rentrée, Apple devrait annoncer l’existence d’un système d’AdBlock par défaut dans son futur iOS 9. Un AdBlock, c’est à dire un système empêchant l’affichage des publicités et bannières traditionnelles sur son terminal afin de faciliter les chargements et maximiser la consommation de bande passante sur mobile !

Le problème des AdBlocks est d’ailleurs un problème récurrents sur le Web depuis bientôt 18 mois. On estime la population d’internaute équipée d’AdBlock 5% et 10% suivant les études et les supports, et la viewability – la capacité à afficher une publicité de manière réellement visible aux yeux de l’internautes – est devenue le combat de toutes les régies publicitaires. Dernière victime en date de cette escalade à l’optimisation : Snapchat pour qui l’affichage de publicité vidéo est loin d’être garanti !

Bref, entre Google et Apple, on l’a deviné : il va devenir de plus en plus complexe de gérer de la publicité en ligne. Et ça tombe plutôt bien !

Periscope
D’abord parce que la fin de règne de Flash et l’émergence des AdBlocks correspond à un début de cycle : celui de la publicité native. On a largement abordé le sujet en juin, les formats publicitaires Natives semblent être aujourd’hui la piste la plus prometteuse pour les annonceurs qui souhaitent faire connaître leurs contenus !
Ensuite parce que l’émergence des formats prioritaires sur les réseaux sociaux – Instagram vient de lancer sa régie en self-service – et des réseaux de publicité éphémères (Snapshat, Periscope) va également enfoncer un clou dans le cercueil des bannières traditionnelles.

En fait, en 2015, on ne fait plus de publicité ! On développe des stratégies de contenu qu’on diffuse de manière payante. Les mediaplanneurs vont laisser place aux scénaristes et finalement les opérations comme celles d’Airbnb ou d’Uber, mêlant réel et promotion virtuelle vont devenir monnaie courante. Êtes-vous prêt à apprendre un nouveau métier ?

A propos François Houste 418 Articles
Ange Gardien Numérique Ancien journaliste et chef de produit en hébergement digital. Aujourd'hui Directeur Conseil au sein d'une agence marketing. François travaille avec ses clients à mieux appréhender la révolution numérique et son impact sur le quotidien. Technophile, enthousiaste, nourri de web, de fun et de musique.
Faire réfléchir, plutôt que faire réagir...