23 mars 2017

L’impression 3D, quelle révolution pour le tourisme ?

Parmi les grandes innovations qui vont révolutionner la société, on a finalement assez peu parlé ici de l’impression 3D. Il est vrai que voitures autonomes et réalité virtuelle ont un impact bien plus fort sur notre futur quotidien, du moins en apparence… Et surtout que ces deux technologies sont plus compréhensibles du grand public.
Mais pour autant, l’impression 3D est une véritable lame de fond qui s’apparente à une véritable révolution industrielle…

Des techniques de plus en plus avancées !

Qu’on ne s’égare pas, les avancées technologiques de l’impression 3D sont des plus impressionnantes. Les labos du MIT et de nombreuses entreprises de pointe ont dépassé depuis longtemps le stade de la figurine ou du porte-clé en plastique.

Ainsi, General Electric a annoncé il y a quelques mois sa capacité à produire un réacteur d’avion opérationnel uniquement à partir de pièces imprimées en 3D. Plus récemment, on a vu débarquer les premières pièces de céramique imprimées en 3D, et donc résistantes à de très hautes températures !

ETFS - 201601 - 3D Amsterdam Bridge
Sur une plus grande échelle, l’impression 3D s’est déjà frottée à la construction et à l’usage – notamment – du béton et de l’acier. Certaines maisons en Chine sont élaborées à partir de techniques proches de l’impression 3D, et la ville d’Amsterdam a fait la démonstration l’été dernier d’un pont construit automatiquement à partir de robots

Les exemples pourraient se multiplier à l’infini, tant sur les matériaux que sur les usages. Ils ont un but : démontrer que l’impression 3D est avant tout une révolution de l’industrie. Elle permet en effet de construire plus facilement des éléments complexes en se passant au choix d’une partie de la main d’oeuvre ou d’un site de production dédié. Elle remet en cela en cause à la fois la capacité de production de chacun et surtout les délais liés à la réalisation d’objets.

L’impact sur le marché du tourisme ? Il est encore une fois industriel. À long terme, c’est une vitesse accrue dans la construction des hôtels et des infrastructures touristiques. C’est une plus grande flexibilité dans la maintenance des matériels – avions, trains – et donc des coûts et des délais d’immobilisation des appareils réduit. Les tests sont de toutes façons en cours chez Airbus ou à la SNCF sur les usages possibles. La vraie révolution est là avant d’être celle du grand public !

Des usages simples et quotidiens ?

Mais justement, quelle révolution pour les usages quotidiens des voyageurs ? La première réponse serait de revenir sur l’intervention de Michel Lévy Provençal lors des rencontres du Tourisme du futur en Picardie début décembre :

Dans son portrait du voyageur en 2030, au delà des véhicules autonomes et de la personnalisation de l’hébergement, il évoque bien l’impact de l’impression 3D sur le vécu des voyageurs. Une petite fille a oublié son casque de vélo ? Plutôt que d’en commander un nouveau, sa famille peut facilement en imprimer un nouveau qui de plus sera conçu directement à la bonne taille.

La révolution de l’impression 3D dans ce cadre est à mettre en parallèle avec l’explosion des capacités Data.
La première étape de cette mutation, c’est sans doute la disparition de la livraison physique. Dans l’exemple du casque de vélo, pas besoin de stockage, de manutention ou de colis. La commande du casque passe par Internet – eCommerce classique – mais ce qui est livré à la famille c’est un fichier d’impression contenant le « patron » du casque. Cette expédition se fait le plus simplement du monde par email, comme on commanderait un eBooks, et peut donc être quasi-immédiate. Suivant l’avancée du marché des imprimantes 3D, l’impression de ce fichier peut se faire dans un FabLab – un labo d’impression – ou à domicile.

ETFS - 201601 - 3D La Poste
Des « centres de service » comme La Poste ou certains magasins-test Monoprix testent la mise à disposition d’imprimantes 3D auprès du grand public. L’usage est simple : on arrive avec la fichier d’impression de son casque de vélo et on repart avec le dit casque quelques minutes plus tard… Un futur pas si lointain donc.
Pour l’impression à domicile, il faudra attendre la mise à disposition de modèles faciles d’emploi, fiables et accessibles. Les géants de l’électronique y travaille depuis 2 ans, c’est une simple question de temps avant que la technologie ne franchisse la porte des foyers !

Data : multiplier la puissance de l’impression 3D

Mais la vraie révolution pour le grand public, au delà des méthodes d’impression et des supports, viendra de l’exploitation de la Data ! Dans le cas de notre casque de vélo, ce sont les mensurations de la petite fille qui servent de données stratégiques. Le casque commandé n’est pas un casque standard, mais LE casque « taillé » sur mesure pour le crane de cette petite touriste. La combinaison Data/3D, c’est l’avènement du « sur-mesure-de-série » et la certitude que chaque objet commandé est personnalisé en apparence et en dimension pour une personne donnée.

On comprend plus facilement la révolution du stockage et de l’expédition : chaque objet devenant unique – car dédié à un seul client – il ne peut être produit à l’avance… La logistique eCommerce va s’en trouver fortement changée !

Une révolution dans la promotion des séjours ?

Le billet ne serait pas complet si on ne parlait pas un peu de Marketing et de promotion touristique. On avait parlé il y a presque un an de Skoda et de la façon dont la marque automobile avait utilisé l’impression 3D pour démontrer les possibilités de personnalisation de ses véhicules. Les futurs clients pouvaient en effet commander une impression 3D de leur voiture aux couleurs choisies pour celle-ci. Opération de communication bien entendu, mais l’impression 3D d’objets promotionnels ou de souvenirs est en marche.

ETFS - 201601 - 3D IttyBlox
Difficile de passer sous silence dans ce cadre l’initiative Ittyblox. Le site, à l’initiative d’un particulier néerlandais, propose des impressions 3D des paysages typiques de grandes villes du monde (New York, Chicago, Miami, Londres, Amsterdam…) et un système de plaques modulables permettant de créer chez soi ses paysages urbains. Dernier développement : les blocs parisiens sont en cours de financement sur KickStarter. Ils représentent des immeubles typiquement parisiens, la Sainte-Chapelle ou la tour Saint-Jacques. Je ne peux que vous inviter à soutenir le projet.

Gadget ou bel objet ? Cette initiative laisse peut-être envisager le souvenir du futur… Scénario simple : imaginer que la carte postale de demain soit systématiquement équipée d’une puce NFC – on a présenté la start-up TapCards ici même il y a un an, la technologie est simple – et que cette puce donne accès à un modèle d’impression 3D. Vous recevez une carte postale de Londres de l’un de vos amis et pouvez chez vous imprimer une petite miniature du Gurkin ou du Tower Bridge. Souvenir augmenté.

ETFS - 201601 - 3D LegoHead
Une dernière couche ? Si on reparle de Data et de personnalisation, chacun aura bientôt la possibilité de se « reproduire » en 3D après un scan complet de sa tête ou de son corps. Une start-up propose d’ailleurs déjà de mettre son visage 3D sur des minifigs Lego… Cette carte postale 3D qu’on envisage pourrait donc être totalement personnalisée par l’expéditeur ou pour le récipiendaire… Vous voyez, les possibilités sont infinies !

A propos François Houste 418 Articles
Ange Gardien Numérique Ancien journaliste et chef de produit en hébergement digital. Aujourd'hui Directeur Conseil au sein d'une agence marketing. François travaille avec ses clients à mieux appréhender la révolution numérique et son impact sur le quotidien. Technophile, enthousiaste, nourri de web, de fun et de musique.

2 Comments

  1. Bonjour la tête de l’imprimante! Il y a combien de matériaux différents dans un casque de vélo: plastique dur plastique mou, mousse , lanière, le tout de différentes couleurs! Enfin, vous pouvez rêver, c’est gratuit!

    • Heureusement que rêver reste gratuit ! Ouf ! :-)
      On parle de prospective à quoi, 10, 15 ans… sur une technologie qui avance extrêmement vite. En l’état actuel, on n’imprime pas un casque à vélo dans un FabLab… bien évidemment. Mais ça bouge très vite.

Les commentaires sont fermés.

Faire réfléchir, plutôt que faire réagir...