24 août 2017

Waynote, ou l’autoroute connectée

Rendre l’autoroute plus sûre, mais aussi moins monotone. C’est le défi que s’est lancé Waynote via une application mobile. Une faon d’envisager en douceur la transition vers une voiture plus connectée. Plug|Think a interviewé Fabien Apheceix, son créateur, pour mieux comprendre les enjeux du trajet connecté.

Comment est venue l’idée de Waynote ?

Waynote est né d’une expérience personnelle, et même familiale dans notre cas. Étant originaires de Pau, dans le sud-ouest de la France, nous avons déménagé sur la Côte d’Azur il y a une quinzaine d’années. Nous faisions donc des allers-retours réguliers, en voiture, pour rendre visite à notre famille. Pendant ce trajet de 8 heures, nous nous posions toujours les mêmes questions sur les paysages et les régions que nous traversions, sans jamais avoir de réponses. Les quelques panneaux marrons disséminés le long de la route suscitaient notre curiosité sans pour autant la satisfaire. Ensuite, au moment de faire des pauses, faute de visibilité sur les zones à proximité des sorties d’autoroute, par peur de perdre du temps et d’être déçus, nous nous dirigions vers les aires de service

Le passage de l’idée au produit Waynote repose finalement sur trois opportunités. Premièrement, l’émergence des smartphones, avec le fameux GPS, nous a techniquement permis de penser la diffusion de contenus géolocalisés au rythme du trajet de chaque voyageur.

Deuxièmement, nous avons pris conscience que cette frustration du trajet ne se limitait pas à notre famille, et que l’enjeu était énorme pour le tourisme en France.
Troisièmement, Nadine ayant évolué professionnellement vers le tourisme a pu faire l’expérience des difficultés rencontrées par les territoires pour se faire connaître auprès des usagers de l’autoroute, et pour obtenir une bonne signalisation routière.

La voiture est le mode de transport dominant du tourisme : 58 % des touristes étrangers arrivent en France par la route et l’autoroute, et 83 % des voyages des français en France se font par la route et l’autoroute ! Cette idée tirée de notre expérience personnelle correspond en réalité à un marché énorme, avec des enjeux structurants pour l’attractivité de la destination France qui doit maintenant se différencier et exceller en proposant des expériences touristiques digitales innovantes. Waynote, c’est la rencontre d’une expérience très personnelle et d’un marché.

Pourriez-vous décrire simplement Waynote en 3 points ?

  1. Une application mobile iOS et Android pour connecter les usagers de l’autoroute aux territoires traversés.
  2. Des messages audios pour raconter en 25 à 30 secondes les territoires traversés
  3. Des idées de pauses qualitatives dans les territoires pour vivre autrement son trajet

Quel est le modèle économique de Waynote actuellement ?

Le modèle économique de Waynote est basé sur la publicité géolocalisée (les pauses) et le native advertising (les audionotes), ce qui nous permet de proposer aux utilisateurs une application entièrement gratuite.
Premièrement, le référencement est gratuit pour les pauses qualitatives sélectionnées par Waynote répondant aux critères de facilité d’accès, de beauté du site et de qualité de l’offre. Un abonnement optionnel leur permet toutefois d’annoncer une offre particulière ou une animation temporaire (les fonctions premium).

Deuxièmement, des audionotes sponsorisées permettent aux acteurs locaux (entreprises privées, institutionnels, etc.) de communiquer sur des initiatives locales, des actualités, des événements, etc. Nous menons par exemple une expérimentation avec Suez dans le Sud-Est de la France pour sensibiliser les voyageurs de l’autoroute à la gestion de la ressource eau. Pour les usagers, ce partenariat nous permet de proposer des contenus pédagogiques sur des éléments du paysage. Vous roulez devant un château d’eau, mais savez-vous comment il fonctionne ? Waynote et Suez, ensemble, vous l’expliqueront. Pour Suez, travailler avec Waynote permet de saisir des opportunités de communication in situ pour mettre en avant ses savoir-faire, toujours en cohérence avec notre ligne éditoriale de valorisation des paysages, du patrimoine naturel et culturel, de préservation de l’environnement et des ressources locales, et du slow tourisme.

Notre approche en matière de modèle économique reste itérative, ce qui implique que Waynote est ouvert à l’expérimentation et à de nouvelles opportunités de monétisation.

Travaillez-vous directement avec des société d’autoroute ou des constructeurs automobiles ?

À ce jour, ni l’Association Française des Sociétés d’Autoroutes ni les sociétés d’autoroute contactées n’ont donné suite à notre proposition de collaboration, même si les synergies semblent évidentes. Notre vocation est de revaloriser et d’améliorer l’expérience de l’utilisateur de l’autoroute. Par ailleurs, Waynote a été finaliste de l’événement BMW Tech Date sur la mobilité du futur. Nous commençons aujourd’hui à explorer l’écosystème de la voiture connectée, et bientôt autonome, qui constitue un axe de développement clé pour Waynote, notamment autour de l’infotainment.

006-waynote-vers-lautoroute-connectee-interview

Aujourd’hui, comment vous positionnez-vous face au conducteur, et surtout face à son besoin d’attention en conduite ?

L’application s’adresse en priorité aux passagers, qui sont passifs pendant des heures. Cependant, l’exigence de sécurité a été au cœur du développement de notre produit. Waynote est une application audio : tous les contenus sont lus en text-to-speech par la synthèse vocale du téléphone. Un conducteur seul peut donc lancer l’application, poser son téléphone et recevoir des informations, comme une radio. Aucune interaction n’est nécessaire. Nous avons échangé sur cette question avec des préventeurs, notamment des sociétés d’assurance comme AXA et MMA. Nos messages audios ne concernent que des éléments marquants dans le champ de vision, sans inciter le voyageur à tourner la tête, ou des informations absentes du paysage, des notes d’histoire par exemple.

Au-delà de l’exigence de ne pas mettre en danger le conducteur, Waynote ambitionne de rendre son trajet plus sûr ! La somnolence est aujourd’hui la première cause d’accidents mortels sur l’autoroute. Avec des messages audios, ryhtmés et succincts, Waynote stimule l’attention du conducteur sur le trajet.
Le baromètre Axa 2016 sur le comportement des français au volant a également montré que 33 % des français conduisent pendant 4 à 5 heures d’affilée sans s’arrêter, ce qui reste la première pratique à risque sur l’autoroute. Waynote veut changer la perception de la pause en faisant de ce moment une expérience à part entière du voyage. Il est urgent de passer d’un message de prévention de type injonction, « faites une pause toutes les deux heures pour votre sécurité ! », à un message qualitatif et positif : « faites une pause toutes les deux heures pour votre plaisir en faisant des découvertes sur votre route ! ». En transformant le trajet en expérience de voyage, Waynote le rend aussi plus sûr et développe un nouvel usage de slow tourisme.

C’est quoi un « trajet automobile » connecté pour vous ?

Nous sommes persuadés que le trajet automobile connecté est une fusée à deux étages.
Le premier étage, nous le pratiquons tous de plus en plus, c’est la dimension pratique. Le conducteur est assisté pour aller d’un point A à un point B avec un ensemble d’informations pratiques sur son trajet pour l’optimiser (cartographie, meilleur itinéraire, trafic, risques, météo, etc.). Ces briques informationnelles sont essentielles, et doivent être de plus en plus précises, pour que le trajet automobile connecté devienne à terme un trajet automobile autonome. Les acteurs de la mobilité connectée sont donc aujourd’hui dans une course effrénée pour affiner ces données afin de pouvoir proposer un véhicule autonome et sûr.
Le deuxième étage de la fusée, sur lequel Waynote se positionne en avance de phase, c’est le service et l’expérience. En d’autres termes, une fois que le trajet automobile sera autonome, quelle nouvelle expérience connectée pourrons-nous proposer aux personnes dans l’automobile ? Waynote se concentre sur la transformation de l’expérience du trajet automobile connecté en enrichissant ces moments, de contenus de découverte, touristiques et culturels.

Comment anticipez-vous l’arrivée des véhicules autonomes dans votre produit ?
Les contenus de Waynote sont pensés et créés pour la mobilité. Ces contenus concis sont, contrairement à tous les contenus existants du tourisme, géolocalisés sur les routes (les autoroutes en l’occurrence). Ils sont donc uniques puisqu’ils se déclenchent en fonction d’un point de vue atypique, celui de l’automobiliste qui passe par un point précis de l’autoroute.
Le véhicule autonome constitue donc un axe de développement majeur pour Waynote qui pourrait diffuser en propre ou via des systèmes tiers (applications de navigations, systèmes embarqués des constructeurs automobiles, etc.) ses contenus directement dans les véhicules connectés. Waynote se positionnerait alors comme un créateur de contenus qualitatifs et touristiques pour le véhicule autonome.

Quelles sont les prochaines étapes de développement pour Waynote ?

Tout d’abord, notre développement passe par l’extension des axes couverts par notre application. À ce jour, Waynote couvre près de 3 000 kilomètres d’autoroute entre Paris-Bayonne, Bayonne-Menton, et Menton-Paris. Nous avons été lauréats d’un appel à projet « Tourisme Digital en Vallée de Seine » pour nous déployer sur l’autoroute A13 afin de relier l’Ile-de-France à la Normandie dès le mois d’août. D’autres territoires nous ont également sollicité pour couvrir leurs axes autoroutiers et s’adresser enfin à la cible captive des voyageurs de l’autoroute. L’objectif est donc de nous déployer au niveau national dès 2017, puis de poursuivre sur les grands axes européens pour accompagner un voyageur qui partirait du nord des Pays-Bas jusqu’au sud de l’Espagne avec une seule application touristique au fil du trajet.

En parallèle, lorsque nous aurons le volume de contenus suffisant, nous affinerons l’expérience du voyageur en filtrant les informations selon ses préférences.

Ensuite, la prochaine étape sera d’expérimenter la diffusion de nos contenus sur des supports tiers, par exemple sur le système embarqué d’un constructeur automobile qui souhaiterait proposer une expérience différenciante à ses clients.

A propos François Houste 418 Articles
Ange Gardien Numérique Ancien journaliste et chef de produit en hébergement digital. Aujourd'hui Directeur Conseil au sein d'une agence marketing. François travaille avec ses clients à mieux appréhender la révolution numérique et son impact sur le quotidien. Technophile, enthousiaste, nourri de web, de fun et de musique.
Faire réfléchir, plutôt que faire réagir...